Portrait de militante : Léonie Kiangu, Womin en République démocratique du Congo

Léonie Kiangu est coordinatrice du réseau Womin en République Démocratique du Congo : African women unite against destructive resource extraction. L’objet ? Enquêter sur ces entreprises qui font de l’extraction de minerai de manière sauvage. Elle est aussi membre de l’ONG « Femme et Justice Economique ».

Léonie aborde ici un le concept d’extractivisme. C’est quoi, au juste ? Un rapport de Womin le définit ainsi : « Modèle de développement qui, fondé sur la surexploitation et la destruction environnementale, est caractérisé par l’extraction et l’exploitation à grande échelle des ressources naturelles comme le pétrole, l’eau, les minéraux et les forêts autour desquelles l’économie, les rapports sociaux de classe et de genre, la politique de l’Etat et le discours public sont organisés.

En outre, le combat de Léonie Kiangu s’oriente autour du droit économique des femmes et d’une certaine forme de justice économique. Selon elle, le Congo est riche en ressources naturelles, et il est logique que les femmes puissent aussi en bénéficier. Présente à Paris pour la COP21, elle affirme que son combat « fait du boucan, (mais elle) veut continuer sur cette démarche ».

Portrait réalisé par Camille Curci, Radio Dijon Campus

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/236798290″ params= »color=ff5500&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *